Pratiques culturelles et technologies numériques en Aquitaine en 2012

03/12/2012 par Alexandre BERTIN.
  • Diminuer la taille de la police
  • Agrandir la taille de la police
Couverture note stratégique pratiques culturelles

En partenariat avec la Direction de la Culture et Patrimoine de la Région Aquitaine, AEC présente dans cette note stratégique les résultats de la première enquête menée en Aquitaine sur les pratiques culturelles des Aquitains et l'utilisation des technologies numériques à des fins culturelles.

Cette étude a été conduite dans le cadre de l'enquête annuelle portant sur "Les pratiques et usages des technologies numériques par les Aquitains".

Les pratiques culturelles des Aquitains, à l’image de celles des Français, présentent de forts déterminismes sociaux. Tous les Aquitains ne sont pas égaux face à la culture et leurs choix sont à la fois dictés par des goûts personnels et par l’influence du milieu social dans lequel ils évoluent.

 

L’inscription sociale est alors déterminante. L’Aquitaine ne semble pas échapper à la règle : seules 6% des personnes interrogées appartenant à la catégorie des cadres et professions intellectuelles supérieures n’ont fréquenté aucun lieu culturel lors des douze mois précédents l’enquête contre près de 40% des agriculteurs, 37% des retraités et 16% des chômeurs. Le cinéma apparaît également comme le média culturel le plus populaire dans le sens ou se sont les ouvriers (21%) et les chômeurs (23%) qui n’ont fréquenté que ce seul lieu culturel, 9% des cadres déclarant n’avoir fréquenté que le seul cinéma l’année précédente.

 

L'utilisation des outils technologiques (internet en tête) à des fins culturelles montre que :

1- les pratiques dites "réelles" et les pratiques "virtuelles" n'entrent pas en concurrence. Les internautes ont des pratiques culturelles plus diversifiées et plus intenses que les non internautes. Il ressort de l'étude que les non internautes présentent un profil socio démographique et économique proche des publics qui ont des pratiques culturelles peu diversifiées (essentiellement cinéma et lecture de magazines généralistes).

2- il existe une part importante de la population qui utilise internet comme un moyen supplémentaire d'accès à la culture. Ce "public de la culture" a une vision utilitaire d'internet et des technologies numériques lui permettant par exemple d'acheter plus facilement des places en ligne, de se procurer livres et cd et d'élargir sa gamme de compétences culturelles, formant ainsi de véritables "médianautes culturels"

3- enfin, une frange de la population, encore minoritaire mais qui est appelée à se développer dans les années à venir avec l'émergence des nouveaux outils numériques, concentre ses pratiques culturelles sur une consommation technologique exacerbée. Ces Aquitains, souvent jeunes et masculins, sont férus de Smartphone, de réseaux sociaux, de streaming et de téléchargement ont des pratiques culturelles en rapport avec des technologies : la musique s'écoute seul sur mp3, les livres sont délaisser au profit des écrans (incluant ainsi l'eBook) et les visites des musées ne s'envisagent qu'à travers une tablette numérique. Seul le cinéma (et plus encore le cinéma 3D) résiste à cette véritable culture de la chambre.

 

La dernière partie de la note stratégique propose aux institutions culturelles des pistes de réflexion quant à la manière d'appréhender ce public de plus en plus segmenté, qui n'ont ni un rapport homogène à la culture ni une utilisation univoque des outils numériques à des fins culturelles.

 

Accéder à la publication (.pdf)

Mots clefs :
Etudes - Ménages - 2012
Imprimer Imprimer Envoyer Envoyer
Share